09/09/16 Luc 6, 39-42

39
 Εἶπεν δὲ  παραβολὴν αὐτοῖς, Μήτι δύναται τυφλὸς τυφλὸν ὁδηγεῖν; Οὐχὶ ἀμφότεροι εἰς βόθυνον πεσοῦνται;
Il leur dit aussi cette parabole : Un aveugle peut-il conduire un aveugle ? Ne tomberont-ils pas tous deux dans une fosse ?
39
40
Οὐκ ἔστιν μαθητὴς ὑπὲρ τὸν διδάσκαλον αὐτοῦ: κατηρτισμένος δὲ πᾶς ἔσται ὡς ὁ διδάσκαλος αὐτοῦ.
Le disciple n’est pas plus que le maître ; mais tout disciple bien formé sera comme son maître.
40
41
Τί δὲ βλέπεις τὸ κάρφος τὸ ἐν τῷ ὀφθαλμῷ τοῦ ἀδελφοῦ σου, τὴν δὲ δοκὸν τὴν ἐν τῷ ἰδίῳ ὀφθαλμῷ οὐ κατανοεῖς;
Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ?
41
42
Ἢ  πῶς δύνασαι λέγειν τῷ ἀδελφῷ σου, Ἀδελφέ, ἄφες ἐκβάλω τὸ κάρφος τὸ ἐν τῷ ὀφθαλμῷ σου, αὐτὸς τὴν ἐν τῷ ὀφθαλμῷ σου δοκὸν οὐ βλέπων; Ὑποκριτά, ἔκβαλε πρῶτον τὴν δοκὸν ἐκ τοῦ ὀφθαλμοῦ σου, καὶ τότε διαβλέψεις ἐκβαλεῖν τὸ κάρφος τὸ ἐν τῷ ὀφθαλμῷ τοῦ ἀδελφοῦ σου.
Grammaire et vocabulaire:
En gras dans le passage précédent, vous trouvez un verbe répété trois fois.
ἐκβάλω : subjonctif présent 1è pers.
ἔκβαλε : impératif présent 2è p
ἐκβαλεῖν : infinitif présent
Nous vous renvoyons à un article précédent où il était question des nombreux verbes formés à partir du verbe  βάλω précédé d’un préverbe
(« diabalô », jeter en travers, a donné « diable », « parabalô » , mettre l’un à côté de l’autre pour comparer, a donné parabole)
Ici le sens du préverbe ἐκ est « hors de » jeter hors de , c’est à dire « arracher »
Ou comment peux-tu dire à ton frère : Frère, laisse-moi arracher la paille qui est dans ton œil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite, arrache premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment arracher la paille qui est dans l’œil de ton frère.
Précision grammaticale :
Nous avons souligné dans le texte le participe présent moyen-passif du verbe katartizômai, préparer, organiser, d’où : se préparer , travailler à son perfectionnement.
Etymologie :
Ὑποκριτά :vocatif de  Ὑποκριτὴς (vocatif en ά, pour ce mot de la 1ère déclinaison des mots masculins. C’est la déclinaison que suit μαθητὴς, par exemple. (Cf. Lieutaud p.30 ou Ragonp.24)
Ce mot est intéressant puisque le verbe correspondant :
 Ὑποκρινομαι
signifie d’abord :
  »donner la réplique au théâtre », « jouer un rôle ».
Il faut se souvenir que dans le théâtre grec les acteurs portaient un masque,  le sens français d « être hypocrite »  c’est « dire quelque chose en portant un masque. »
Publié dans : Non classé |le 8 septembre, 2016 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 8 septembre 2016 à 20 h 01 min evangilegrec écrit:

    Pouvez-vous rappeler les références de l’ouvrage de Lieutaud ? Merci

    Répondre

    • le 8 septembre 2016 à 20 h 03 min evangilegrec écrit:

      LIEUTAUD, Isabelle, Lire le Grec biblique, Bibliques édition, 2011

      Répondre

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente