26/09/16 Lc 9,46-50

46
 Εἰσῆλθεν δὲ διαλογισμὸς ἐν αὐτοῖς, τὸ τίς ἂν εἴη μείζων αὐτῶν.
optatif avec ἂν 
Or, une pensée leur vint à l’esprit, savoir lequel d’entre eux était le plus grand.
46
47
Ὁ δὲ Ἰησοῦς ἰδὼν τὸν διαλογισμὸν τῆς καρδίας αὐτῶν, ἐπιλαβόμενος παιδίου,  ἔστησεν αὐτὸ παρ’ ἑαυτῷ,
aoriste « plaça » de ιστημι
Jésus, voyant la pensée de leur cœur, prit un petit enfant, le plaça près de lui,
47
48
καὶ εἶπεν αὐτοῖς, Ὃς ἐὰν δέξηται τοῦτο τὸ παιδίον ἐπὶ τῷ ὀνόματί μου ἐμὲ δέχεται: καὶ ὃς ἐὰν ἐμὲ δέξηται δέχεται τὸν ἀποστείλαντά με: ὁ γὰρ μικρότερος ἐν πᾶσιν ὑμῖν ὑπάρχων οὗτος ἔσται μέγας.
εὰν  avec le subjonctif : éventuel
et leur dit : Quiconque reçoit en mon nom ce petit enfant me reçoit moi-même ; et quiconque me reçoit reçoit celui qui m’a envoyé. Car celui qui est le plus petit parmi vous tous, c’est celui-là qui est grand.
48
49
 Ἀποκριθεὶς δὲ ὁ Ἰωάννης εἶπεν, Ἐπιστάτα, εἴδομέν τινα ἐπὶ τῷ ὀνόματί σου ἐκβάλλοντα δαιμόνια: καὶ ἐκωλύσαμεν αὐτόν, ὅτι οὐκ ἀκολουθεῖ μεθ’ ἡμῶν.
Ἀποκριθεὶς δὲ ὁ Ἰωάννης εἶπεν,participe déclaratif calquée sur l’hébreu
Jean prit la parole, et dit : Maître, nous avons vu un homme qui chasse des démons en ton nom ; et nous l’en avons empêché, parce qu’il ne nous suit pas.
49
50
Καὶ εἶπεν πρὸς αὐτὸν ὁ Ἰησοῦς, Μὴ κωλύετε: ὃς γὰρ οὐκ ἔστιν καθ’ ἡμῶν ὑπὲρ ἡμῶν ἐστιν.
 Μὴ+ impératif présent : défense ponctuelle
Ne l’en empêchez pas, lui répondit Jésus ; car qui n’est pas contre vous est pour vous.
50
Publié dans : Non classé |le 26 septembre, 2016 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 27 septembre 2016 à 8 h 00 min sr Terese écrit:

    bonjour Caroline,

    Merci beaucoup pour ce blog, c’est super de commencer la journée avec la Parole de Dieu. ce matin je relisais l’évangile d’hier et voulais demander dans le verset 49. le mot epistata a t il une autre signification que didaskale,?? merci, bonne journée ! srTerese

    Répondre

    • le 27 septembre 2016 à 9 h 31 min evangilegrec écrit:

      επιστατης et διδασκαλος (epistates et didaskalos) sont deux mots qui peuvent se traduire par « maître » mais le premier est celui qui sait (de epistamai, savoir) et le second est celui qui enseigne (de didaskô, enseigner).
      L’emploi du premier de ces mots (au vocatif) dans l’évangile de lundi (Lc9,46-50) s’explique : l’apôtre Jean qui parle à Jésus le reconnaît comme celui qui possède le savoir en opposition à celui qui expulse les démons en son nom.
      Quand les disciples interpellent Jésus en l’appelant « didaskale » c’est plutôt lorsqu’ils attendent de lui un enseignement immédiat.

      Répondre

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente