20 février 2020

Christ χριστός

Classé dans : — evangilegrec @ 16 h 33 min

Christ : χριστός

χριστός est un adjectif, tiré d’un verbe. 

Il signifie : « qui a reçu l’onction » ,   »oint »

(ce qui sonne mal à l’oreille, dans une lecture à haute voix par exemple)

L’adjectif devient substantif avec article dans les évangiles : ὁ χριστός (ho christos).

C’est seulement à partir de Paul, que « Christ » sans article est devenu un nom.

Le mot vient de χρίω (chriô) frotter, oindre (après le bain oindre le corps dans un contexte profane) .

Dans la Septante : on dit « oindre » un prophète ou un roi, pour marquer son élection divine. 2R11,14

Le terme hébreu correspondant est messias, transcrit par messie.

Donc les deux mots sont équivalents :

l’un est une transcription(Jn 1,41; 4,25) ,

l’autre est une traduction.

Utilisé à partir du règne de Salomon,

le terme s’applique aux descendants de David dans le Premier Testament.

-

Ce titre χριστός est une reconnaissance de la résurrection de Jésus :

Saint Luc écrit dans les Actes :

Ἀσφαλῶς οὖν γινωσκέτω πᾶς οἶκος Ἰσραήλ,

ὅτι καὶ κύριον αὐτὸν καὶ χριστὸν ἐποίησεν ὁ θεός 

 τοῦτον τὸν Ἰησοῦν ὃν ὑμεῖς ἐσταυρώσατε.

« Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude 

que Dieu l’a fait seigneur et Christ

ce Jésus que vous, vous avez crucifié« 

Ac 2,36

Des paroles que ne peuvent prononcer les croyants qu’après la mort et la résurrection de Jésus,

désigné comme le Nazoréen (Jn 19,19) pour l’incroyant (« Jésus le Nazoréen » carJésus est un nom courant).

Ainsi, dire comme Pierre:

ὁ Πέτρος λέγει αὐτῷ, Σὺ εἶ ὁ χριστός

Mc 8,29

« tu es le Christ » avant sa résurrection,

c’est insinuer qu’il est roi au sens du pouvoir terrestre,

comme Satan (Mc 1,13) lui suggérait d’être dans l’épisode de la tentation au désert :

« régner sur les hommes pour être tout- puissant » .

Mt 4,8-10

C’est pourquoi Jésus dit « arrière Satan » en s’adressant à Pierre.

Dans l’évangile de Marc, Jésus demande de ne pas prononcer de tels mots

ou de ne pas dire ce qu’il a fait, avant sa mort et sa résurrection

pour qu’on ne se méprenne pas sur le sens de sa « royauté ».

Dans les Actes :

« C’est Dieu qui l’a élevé et fait Christ »,

est une profession de foi.

L’évangile est une relecture des évènements,

à la lumière de la résurrection de celui qui est appelé désormais « χριστός Christ. »

-

La réaction de Jésus qui fait taire ses interlocuteurs est propre à Marc,

et dépend de sa visée théologique ; chez Matthieu au contraire,

Jésus dit « heureux es tu Pierre » Mt 16,17 quand ce dernier lui dit « tu es le Christ ».

-

Les titres de Jésus, parmi lesquels « Christ »

sont donnés dès le début des évangiles,

comme une identité qu’on atteste par la foi

et qui se découvre dans la suite du récit,

ou plutôt qui est à reconnaître avec les yeux de l’Esprit :

Ταῦτα δὲ γέγραπται,

ἵνα πιστεύ[σ]ητε ὅτι Ἰησοῦς ἐστιν ὁ χριστὸς ὁ υἱὸς τοῦ θεοῦ

« Ces choses ont été écrites

afin que vous croyiez que Jésus est le Christ le fils de Dieu« .

écrit Jean en première conclusion.

(Jn 20,31)

Marc écrit dès le seuil de son évangile :

Ἀρχὴ τοῦ εὐαγγελίου Ἰησοῦ Χριστοῦ [υἱοῦ θεοῦ].

« Ici commence l’Evangile de Jésus, le Christ, le fils de Dieu. »

Mc 1,1

La boucle est bouclée, le titre de Christos est approuvé par le témoignage de l’évangile.

Saint Paul, sans doute l’auteur des plus anciens écrits du NT,

transmet le langage de foi des toutes premières communautés chrétiennes,

dont ce terme de « Christ » ὁ χριστός.

Rm8,34 voir aussi Ep 1,19-23.

Bibliographie :

PREVOST (dir.) NVB , voir bibliographie générale.

 

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente