• Accueil
  • > commentaire de L. Bonnet de Lc19,41-44

22 novembre 2017

commentaire de L. Bonnet de Lc19,41-44

Classé dans : — evangilegrec @ 15 h 02 min

Commentaire de Louis Bonnet dans la Bible annotée (à trouver intégralement sur le site théotex (1805-1892)

19.41 Et comme il approchait, voyant la ville, il pleura sur elle, en disant :
La multitude des disciples éclate en joyeuses acclamations, et Jésus pleure ! 

Les paroles qu’il prononce nous disent la cause de ses larmes. Mais ces larmes mêmes nous révèlent, mieux encore que ses paroles, à la fois la tendre compassion du Sauveur, son amour pour son peuple dont il prévoit la ruine, et la certitude des jugements de Dieu que ce peuple va attirer sur lui par son endurcissement.

Plus tard, au sein même de la ville coupable, Jésus éprouva encore cette profonde et douloureuse émotion. (Matthieu 23.37)

19.42 Si toi aussi, tu avais connu, au moins dans ce jour qui est à toi, les choses qui regardent ta paix ! Mais maintenant elles sont cachées à tes yeux.
Cette exclamation est une phrase inachevée ; l’émotion empêche Jésus de la finir. 

Chacun des mots qu’il y accumule a sa signification profonde : Si tu avais connu !C’est donc par ignorance que le peuple juif va rejeter son Sauveur et combler par ce crime la mesure de ses péchés ; (comparez Luc 23.34 ; Actes 3.17 ; 1Corinthiens 2.8) mais cette ignorance était volontaire : « Vous ne l’avez pas voulu ! » (Matthieu 23.37)

Toi aussi, comme mes disciples, ces âmes droites et simples qui se sont ouvertes à la foi.

Au moins dans ce jour qui est à toi, ou, comme traduisent littéralement nos vieilles versions, au moins dans cette tienne journée : ce jour suprême où Jésus faisait son entrée à Jérusalem offrait une dernière occasion au peuple et à ses chefs de venir se jeter, repentants, aux pieds de Jésus !

Jésus appelle (verset 44) ce jour « le temps de ta visitation. »

Il y a dans le développement des peuples comme des individus des moments qui, mis à profit ou négligés, déterminent leur destinée pour longtemps, peut-être pour toujours ; ce sont des temps de crise, de décision pour le bien ou pour le mal. (Comparer Hébreux 3.7,13,15)

« La présence de Jésus provoqua une lutte entre un petit nombre d’âmes bien disposées et la masse corrompue du peuple. Tandis que celles-là s’ouvrirent à son influence et trouvèrent en lui la lumière et la vie, celle-ci n’en reçut que l’anéantissement de ses vaines espérances et de ses visées égoïstes. » 0lshausen.

- Les choses qui regardent ta paix. Ces choses d’une si immense importance, c’était la vérité, le pardon, le salut que Jésus offrait à tous. S’ils l’avaient reçu avec foi, tous auraient trouvé en lui la paix et la prospérité. Le mot hébreu qu’employait le Sauveur a les deux significations.

Le verbe sont cachées indique un fait accompli ; et cependant Jésus allait encore prêcher à Jérusalem durant toute une semaine, et ses apôtres après lui pendant quarante ans ; mais, pour le grand nombre, la mesure des iniquités était comblée, le temps de la grâce, de la visitation, (verset 44) était passé.

« En voyant, ils ne verront point ; en entendant, ils n’entendront point. » Ces redoutables paroles n’excluaient point du salut les Israélites qui, individuellement, croiraient au Sauveur. (Romains 11.1-5)

19.43 Car des jours viendront sur toi, où tes ennemis t’environneront d’un retranchement et t’enfermeront et te serreront de toutes parts ;
Ici encore, la phrase est suspendue par l’émotion : grec des jours viendront sur toi…et tes ennemis t’environneront, etc. 

Puis les divers traits de la prédiction se succèdent, liés les uns aux autres par le mot et, cinq fois répété.

- Un retranchement, autour d’une ville assiégée, était une sorte de rempart en palissade, élevé par l’ennemi, afin de réduire la ville par la famine.

L’historien Josèphe raconte que les Romains élevèrent un tel retranchement autour de Jérusalem, d’abord en bois puis en pierre, quand le premier eut été brûlé par les Juifs.

19.44 et ils te détruiront entièrement, toi, et tes enfants au milieu de toi, et ils ne laisseront pas en toi pierre sur pierre, parce que tu n’as point connu le temps de ta visitation.
Le mot traduit par : ils te détruiront, signifie proprement : ils te raseront au niveau du sol, de sorte qu’il ne restera pierre sur pierre. 

On peut aussi traduire : ils te briseront contre le sol ; les Septante ont employé ce verbe dans Psaumes 137.9, et l’on pourrait voir dans notre prophétie une réminiscence de ce passage.

- Toi et tes enfants, c’est-à-dire tous les habitants de Jérusalem ; il ne s’agit point des enfants par opposition aux adultes. La cause de ces malheurs est clairement indiquée par le Sauveur à la fin de sa prédiction.

Le temps de ta visitation est un hébraïsme bien connu. Dieu visite une ville, un peuple, une âme, quand il s’en approche et leur parle, soit par sa parole et son Esprit, soit par de grandes épreuves ou de grandes bénédictions.

- Toute cette prophétie fut accomplie à la lettre, au milieu de calamités inouïes, quarante ans après, lors de la destruction de Jérusalem par les Romains.

Certains critiques ont prétendu que la prophétie que Luc attribue à Jésus avait été écrite après l’événement. Ils se fondent sur la ressemblance qu’elle présente avec le récit de Josèphe. C’est oublier que cette prédiction s’en tient à des traits généraux qui se reproduisaient au siège de chaque ville. Un passage d’Esaïe, (Esaïe 29.3) annonçant le siège de Jérusalem par les Assyriens, renferme, dans la version des Septante, des expressions identiques à celles de notre texte.

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente