• Accueil
  • > Esprit ou Souffle τὸ πνεῦμα (Pneuma)

26 novembre 2019

Esprit ou Souffle τὸ πνεῦμα (Pneuma)

Classé dans : — evangilegrec @ 10 h 08 min

Souffle πνεῦμα Pneuma 

Dérivé du verbe πνέω « souffler, exhaler une odeur, respirer »

Mot neutre.

Chez les tragiques grecs, il désigne le souffle du vent, par exemple : Eschyle, Prométhée (108)

Respiration : Euripide, Hippolyte (1391)

Dès Platon, mais dans un dialogue apocryphe :

ce mot désigne le souffle divin, l’esprit divin : Axiochos (370c et 605)

Dans la Vulgate : on trouve spiritus (avec ou sans majuscule)

Le grec πνεῦμα pneuma traduit l’hébreu rûah cf. Ez 3,2-27

Dans le livre de la Sagesse, écrit en grec, on a une longue énumération des qualités de l’esprit : cf. 7,22-23

La traduction par « esprit » en français vient d’une évolution du mot spiritus latin (Vulgate) ,

mais on a tendance, dans les traductions actuelles, à traduire par « Souffle »,

avec ou sans majuscule,

ce mot traduit mieux ce que les auteurs anciens entendaient par l’hébreu, rûah.

Pneuma (dans le sens de souffle divin) apparaît 240 fois dans le Nouveau Testament.

Christ ressuscité est pneuma, Dieu est pneuma et ils peuvent faire don du pneuma

(cf.Rm 8,11; Rm 5,5;  1Cor 3,16)

-

I. Dans la Septante : 

« l’Esprit de Dieu » :

καὶ πνεῦμα θεοῦ ἐπεφέρετο ἐπάνω τοῦ ὕδατος

et l’esprit de Dieu planait sur les eaux

(début de la Genèse)

On trouve de nombreuses occurrences :

https://studybible.info/search/LXX_WH/G4151

-

II Dans le Nouveau Testament:

Le pneuma est à l’origine de l’existence chrétienne :

τὴν δωρεὰν τοῦ ἁγίου πνεύματος. (Ac 2,38-39) :

Vous recevrez « le don de l’esprit saint »

le chrétien reçoit l’esprit saint lors de son baptême.

Dans l’évangile de Luc :

Lors du baptême de Jésus par Jean Baptiste, l’esprit saint descend sur lui :

καὶ καταβῆναι τὸ πνεῦμα τὸ ἅγιον σωματικῷ εἴδει

 ὡς περιστερὰν ἐπ’ αὐτόν

et l’Esprit-Saint descendit sur lui sous une forme corporelle,

comme une colombe

Lc 3,22

Pour Paul, l’esprit saint est à l’origine de toute évangélisation :

1Th1,5 ; Paul est le théologien de l’origine de la foi.

Luc est le théologien de la mission chrétienne.

Mais ni l’un ni l’autre ne donnent une définition théorique du pneuma.

-

III. Chez les premiers chrétiens :

C’est lorsque les chrétiens s’organisent pour former une communauté

que l’  « esprit saint » est théorisé.

L’esprit inspire l’écriture du Nouveau Testament, pour les chrétiens.

Ensuite théoriser sur l’esprit a été rendu nécessaire

par les hérésies pour garder l’unité des chrétiens.

Paul :

Dans l’épître aux Ephésiens, au chapitre 4:

Ἓν σῶμα καὶ ἓν πνεῦμα

Eph 4,4

« y a un seul corps, un seul esprit »

et  « il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême ».

Dans le credo adopté lors du concile de Constantinople (381)

les affirmations sur l’esprit sont ajoutées au premier credo de Nicée (325)

qui ne faisait pas de développement sur l’esprit,

dans le credo qu’on appelle de « Nicée-Constantinople »

(parce qu’il s’inscrit dans la continuité de celui de Nicée)

on affirme que l’Esprit-Saint est Seigneur,

c’est à dire qu’il domine, qu’ il règne, qu’il est du côté de la divinité.

Credo de Nicée-Constantinople : les affirmations sur l’Esprit :

« Je crois en l’Esprit-Saint qui est Seigneur et qui donne la vie;

Il procède du Père et du Fils.

Avec le Père et le Fils, Il reçoit même adoration et même gloire;

Il a parlé par les prophètes. »

La 2è affirmation est inspirée de :

Jean au chapitre 6, verset 63 écrit :

Τὸ πνεῦμά ἐστιν τὸ ζῳοποιοῦν,

 L’Esprit est ce qui fait la vie,

ἡ σὰρξ οὐκ ὠφελεῖ οὐδέν:

la chair ne sert de rien :

τὰ ῥήματα ἃ ἐγὼ λελάληκα ὑμῖν,

les paroles que je vous donne,

πνεῦμά ἐστιν καὶ ζωή ἐστιν.

sont esprit et sont vie.

Dans le credo : l’Esprit « procède du Père ».

on a appelé cela « ekporèse » :

la sortie de l’Esprit à partir du Père, à partir de Dieu.

C’est une « procession ».

C’est une réponse précise aux pneumatomaques,

une hérésie apparue après le concile de Nicée, qui disaient,

« l’Esprit est soit engendré soit inengendré et l’Esprit n’est donc pas Dieu. »

-

Donc nous avons vu que le mot τὸ πνεῦμα  »esprit » employé dans la littérature profane

se charge ensuite d’un contenu sémantique autre :

on parle de conversion sémantique,

(cela est valable pour de nombreux mots

qui passent de la littérature profane à la littérature juive, puis chrétienne)  :

d’abord dans son emploi dans la Septante,

puis dans son emploi par les évangélistes qui s’inspirent de la Septante ;

enfin, ce mot est théorisé, pour garder l’unité des chrétiens dans le credo.

Le credo est symbole de foi : cela veut dire qu’il rassemble.

(cf. Symbolon, dans l’antiquité  grecque : 

deux tessons d’une même terre cuite que l’on peut faire se rejoindre pour attester d’une amitié ancienne.)

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente