25 novembre 2017

Gloire δόξα, doxa

Classé dans : — evangilegrec @ 17 h 45 min

Δόξα : Doxa , la gloire : 

Nous pouvons lire au chapitre 17 de Jean,

la prière de Jésus à son Père, à l’heure de sa mort :

εἶπεν, Πάτερ, ἐλήλυθεν ἡ ὥρα:

il dit : Père, l’heure est venue :

 

δόξασόν σου τὸν υἱόν,

Glorifie ton fils, 

ἵνα  ὁ υἱὸς δοξάσῃ σε:

afin que le fils te glorifie.

(Jn 17,1)

Le verbe δοξάζω, glorifier

 est formé sur la même racine que δόξα, la gloire  ;

d’ailleurs, un peu plus loin les deux termes sont associés dans l’expression  :

« glorifier de la gloire… »  :

Καὶ νῦν δόξασόν με σύ, πάτερ,

 

Glorifie moi aujourd’hui, toi, Père,

παρὰ σεαυτῷ τῇ δόξῃ

auprès de toi-même de cette gloire

ᾗ εἶχον πρὸ τοῦ τὸν κόσμον εἶναι παρὰ σοί.

que j’avais avant que le monde fût, auprès de toi.

(Jean 17,5) :

Donc la Gloire est donnée par le Père.

Juste avant, nous lisons :

Ἐγώ σε ἐδόξασα ἐπὶ τῆς γῆς

Moi je t’ai glorifié sur la terre

τὸ ἔργον τελειώσας ὃ δέδωκάς μοι ἵνα ποιήσω.

ayant achevé l’oeuvre que tu m’as donné à faire. 

(Jn 17,4)

Ici, nous lisons que le Père se donne au Fils et que le Fils se donne au Père,

dans l’expression de la réciprocité : « glorifie-moi » et « je t’ai glorifié ». 

Voir aussi par exemple : Jn 7,16.

-

τελειώσας du verbe « achever » est de même racine que το τέλος,

l’achèvement : c’est-à-dire le passage par la mort .

εἰς τὸ τέλος signifie   »jusqu’au bout » (la Passion)

-

καὶ τὰ ἐμὰ πάντα σά ἐστιν,

et tout ce qui est à moi est à toi,

καὶ τὰ σὰ ἐμά

et ce qui est à toi est à moi

καὶ δεδόξασμαι ἐν αὐτοῖς.

et je suis glorifié en eux (les hommes)

Un nouvel élément apparaît ici :

le Père et le Fils  reçoivent une même gloire.

et cette gloire s’étend aux hommes. 

la Gloire est donnée avec la Vie qui triomphe de la mort.

« Se donnant jusqu’au bout », et par sa Résurrection Jésus  manifeste sa Gloire

et celle de son père, et celle-ci peut se manifester aux hommes.

Dans les chapitres qui précèdent,

lorsque l’heure de sa mort n’était pas encore venue,

les hommes ne pouvaient pas partager cette gloire :

« L’Esprit n’était pas encore parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié »

οὐδέπω ἐδοξάσθη

(Jn 7,39)

On voit ici que la Gloire est une manifestation (révélation) pour les hommes.

Nous pouvons aussi renvoyer à la mandorle sur les tympans des églises romanes :
représentation de cette gloire, la mandorle a une forme d’amande
et entoure le Christ en Majesté, tout en suggérant un rayonnement,
et comme si cette forme quasi-ovoïde touchait à la fois le Ciel et la Terre :  
séparait Jésus Christ du monde 
pour mieux le relier au monde.
(cf. par exemple, Autun cathédrale Saint Lazare, XIIè s.)

Tous ces éléments que l’on comprend à partir de l’évangile de Jean

peuvent être éclairés par le retour à l’étymologie du mot grec  δόξα.

Mais le sens dans l’évangile est loin de ce qu’il était à l’origine.

Ce mot a été choisi pour traduire un mot hébreu KAD qui porte l’idée de poids,

 

d’influence, et de rayonnement d’une personne.

-

(cf. PREVOST dans la bibliographie : Nouveau Vocabulaire biblique, p.154

-

I. D’où vient ce mot grec ? 

-

Étymologiquement c’est un mot de la famille de δοκέω : penser, croire;  sembler, paraître.

Le mot grec doxa a été choisi pour traduire les nuances de sens du mot  hébreu kabôd.

Dans la langue classique :

Le sens a évolué : ( chez Homère = attente) puis opinion (dans la langue classique), avis, et aussi : réputation.

1. Opinion, avis :

Chez Platon, le terme désigne l’opinion opposée à la science ἐπιστήμη,

pour Platon, en effet, l’opinion est vouée au changement continuel :

le mot peut donc signifier « opinion sans fondement » ,  » conjecture »  d’où « imagination, rêverie ».

2. Réputation :

La seconde série de sens dans la langue classique :

elle rejoint l’idée d’apparence.

(Doxa exprime l’opinion que l’on a de quelqu’un, d’où la bonne ou mauvaise réputation)

 3. Le sens de gloire:

Apparaît déjà à l’époque classique.

Le verbe δοκέω signifie sembler, paraître, croire.

Et le verbe  δοξάζω de même racine signifie avoir une pensée, imaginer ou bien glorifier.

En français, nous traduisons  δόξα par « gloire » :

le mot « gloire » désigne notamment une grande renommée acquise au prix de grand mérite,

ou encore évoque la splendeur des manifestations divines.

-

II. Le sens de gloire dans la Bible :

 

-

1. Dans la Septante : 

Doxa est très souvent employé dans la Septante : 

445 fois pour rendre 25 mots hébreux différents,

mais surtout pour traduire le mot hébreu  kabôd,

-

2. Dans la Vulgate* :

Doxa est traduite par Gloria, claritas,  maiestas , honor.

Comme on le voit dans la Vulgate,

les termes latins utilisés pour rendre le mot Doxa

sont nombreux parce que le mot grec lui-même contient beaucoup de sens.

 

3. Dans le Nouveau Testament :

Doxa est employé 165 fois.

On trouve quand même quelques occurrences de doxa au sens de réputation ou d’ honneur.

Exemple de Luc 14,10 « quand tu es invité prends la dernière place.

Quand ton hôte arrivera, il te dira ami, viens … et ce sera un honneur » (doxa) »  (honneur ou / estime )

Cf autres exemples : Jean  7,18 ; 8,54 ; 12,43.

Chez Jean, la doxa peut être la  marque d’honneur ou de considération

que les hommes ont les uns pour les autres

et  s’oppose à la seule véritable gloire qui ait de l’importance,

à savoir le poids de la personne auprès de Dieu.

Nous avons vu que le mot hébreu Kabôd 

renvoie à :   »ce qui a du poids en l’homme, sa richesse intérieure » ,

ou bien au sens concret de «ce qui lui donne du poids, de l’importance.»

Au sens figuré, c’est « ce qui impressionne ».

Le concept de gloire royale trouve aussi son origine dans cette idée de puissance,

d’autorité, de richesse impressionnante, et de splendeurs éclatantes.

Doxa pour traduire l’hébreu Kabôd :

la doxa de Dieu est ce qui impressionne l’être humain,

et sa manifestation s’accompagne de phénomènes grandioses.

L idée de poids évoque aussi la toute-puissance de Dieu,

et le fidèle en retour « rend gloire » à Dieu, c’est à dire reconnait que la gloire (doxa),

la splendeur et la toute puissance appartiennent à Dieu seul.

τὴν δόξαν μου ἑτέρῳ οὐ δώσω

Je ne donnerai pas ma gloire à un autre

(Es 42,8) :

Dans le Nouveau Testament, la doxa peut être un attribut personnel de Dieu :

οὐκ ἔδωκεν  τὴν δόξαν τῷ θεῷ.

Il n’avait pas donné à Dieu la gloire (et pour cela un ange le frappa)

(Ac 12, 23)

La traduction par « éclair divin, rayonnement » convient aussi pour rendre cet aspect de la doxa divine.

Cf. Luc2,9  : la splendeur du seigneur (doxa) illumine les bergers, à l’apparition du messager céleste.

Et elle illuminera la Jérusalem céleste des temps nouveaux (Apocalypse 21, 23- 27)

Dans le Nouveau Testament, la doxa de Dieu est attribuée d’abord au Christ ressuscité.

C’est ce que nous avons lu et souligné dans l’évangile de Jean.

Enfin, la gloire de Dieu brille dans le cœur des croyants.

Le croyant est destiné à recevoir la gloire de Jésus Christ.

Cf les lettres de Paul.

Dans l’épitre aux Romains, Paul conçoit cette doxa, celle des croyants,

comme une révélation de leur nouvel état de fils de Dieu.

τὴν μέλλουσαν δόξαν ἀποκαλυφθῆναι εἰς ἡμᾶς.

La gloire à venir qui doit être révélée pour nous.

(Rm 8,  18-19).

Nous sommes métamorphosés en Christ Ressuscité.

BIBLIOGRAPHIE : 

Pour l’emploi de la Doxa chez Jean, voir:

M. FEDOU, dans Jésus l’Encyclopédie  »Jésus et Dieu » chapitre 18, p.499 et s.

J.P. PREVOST (dir)Nouveau Vocabulaire Biblique , p.354

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente