• Accueil
  • > Homme, fils de l’homme ὁ υἱὸς τοῦ ἀνθρώπου (ho uios tou anthrôpou)

21 octobre 2017

Homme, fils de l’homme ὁ υἱὸς τοῦ ἀνθρώπου (ho uios tou anthrôpou)

Classé dans : — evangilegrec @ 10 h 29 min

Le Fils de l’homme : ὁ υἱὸς τοῦ ἀνθρώπου

« Le fils de l’homme » est une expression empruntée au Premier Testament :

καὶ ἰδοὺ μετὰ τῶν νεφελῶν τοῦ οὐρανοῦ

Et voilà qu’avec les nuées du ciel,

ὡς υἱὸς ἀνθρώπου ἐρχόμενος ἦν

venait comme le Fils de l’homme…

(Dn 7,13)

Dans le Nouveau Testament l’expression est reprise :

expression que Jésus emploie surtout quand il annonce sa Passion,

et lorsqu’il dit que le Fils de l’homme « s’en va » ou « doit souffrir » :

Par exemple, au chapitre 22 de Luc :

Ὅτι ὁ υἱὸς μὲν τοῦ ἀνθρώπου κατὰ τὸ ὡρισμένον πορεύεται

Parce que le Fils de l’homme s’en va selon ce qui a été déterminé ...

(Lc 22,22)

Cette expression que dit-elle de l’identité de Jésus ?

-

1. Etymologie du mot  ἄνθρωπος, homme :

En latin : homo

Mot déjà attesté dans le mycénien (atoroqo) pour désigner la représentation d’un homme sur un objet.

Chez Homère : l’homme pour désigner l’espèce, surtout par opposition aux dieux.

L’étymologie du mot est discutée. (cf. CHANTRAINE, Dict ét. )

L’existence du mycénien atoroqo, comportant le second terme oqo 

confirmerait la présence d’un second segment : ὄψ (ops) , visage, vue, en grec.

cf. πρόσωπον (prosopon) , visage, face, apparence.

Plusieurs étymologies sont proposées :

En voici trois parmi d’autres :

La première rattache ἄνθρωπος, anthropos  

à ἀνήρ, anèr dont le génitif est ἀνδρός, andros.

(ἀνήρ signifie l’homme mâle )

et l’autre racine serait ὄψ,  ops la vue, le visage, l’apparence.

ἄνθρωπος signifierait donc « celui qui a l’apparence d’un homme ».

 

La deuxième étymologie voit dans anthropos le mot δράω,  draô ce qui signifie agir.

L’humain serait alors l’ homme qui agit.

 

La troisième étymologie vient du Cratyle de Platon,

(ce qui ne signifie pas qu’elle soit plus exacte que les autres,

les Anciens proposaient des étymologies parfois fantaisites,

mais les mots leur parlent et leur disent des vérités sur l’homme) :

Platon définit le dieu, puis les puissances célestes (les démons)

et dans une hiérarchie descendante, il définit les humains :

Pour lui, anthropos serait composé de la racine ανα (ana) qui signifie vers le haut , 

du verbe ἀθρέω, athréo qui signifie fixer les yeux, examiner (racine qui a donné théorie)

et d’un autre verbe ὄπωπα (opopa) forme de parfait de ὀράω (orao) (voir).

Ainsi, l’homme, selon Platon, serait :

celui qui examine ou qui raisonne sur ce qu’il voit en haut.

Pour Platon, l’homme doit s’élever vers le monde des Idées.

 

Patrice Rolin (cf. article cité, p.23)

s’interroge sur l’étymologie implicite que sous-entend la Bible grecque ( Septante)

quand elle utilise le mot :

 ἄνθρωπος, anthropos pour traduire Adam, (hébreu) :

« faisons l’homme (ἄνθρωπος, anthropos) à notre image  et à notre ressemblance ».

Paradoxe intéressant qui traverse les textes bibliques.

Le mot, employé dans la Septante dans l’expression « Fils de l’homme »,

au chapitre 7 de Daniel, et en quelques autres passages,

et  souvent employé dans le Nouveau Testament, que nous dit-il ?

-

2.Que signifie : « Le fils de l’ homme »?

-

Lisons le Psaume 8 :

 ( Version de la Septante) 

verset 5 :

τί ἐστιν ἄνθρωπος,

Qu’est donc l’homme,

ὅτι μιμνῄσκῃ αὐτοῦ,

pour que tu te souviennes de lui ?

ἢ υἱὸς ἀνθρώπου,

ou le fils de l’homme,

ὅτι ἐπισκέπτῃ αὐτόν;
pour que tu le visites ?
6

ἠλάττωσας αὐτὸν βραχύ τι παρ ἀγγέλους,

Tu l’as fait un peu moindre que les anges ;

δόξῃ καὶ τιμῇ ἐστεφάνωσας αὐτόν·

tu l’as couronné d’honneur et de gloire.

Ainsi, « le fils de l’homme »  littéralement c’est

« tout humain en tant qu’il est enfant d’humain,

l’homme est à la fois infime à l’échelle des astres et

grand sous le regard de Dieu.

Grand car Dieu « vit que cela était bon »  Genèse I,31

Nous lisons   :

καὶ εἶπεν ὁ θεός Ποιήσωμεν ἄνθρωπον

Et Dieu dit « faisons l’homme »

κατ εἰκόνα ἡμετέραν καὶ καθ ὁμοίωσιν

à notre image et à notre ressemblance

Genèse I,26.

Et Dieu créa l’homme ;

il le créa à l’image de Dieu ;

il les créa mâle et femelle.

    L’homme malgré ses faiblesses est important aux yeux de Dieu :  

καὶ εἶδεν ὁ θεὸς τὰ πάντα,

« Et Dieu vit  toutes les choses

ὅσα ἐποίησεν,

qu’il avait créées ;

καὶ ἰδοὺ καλὰ λίαν.

et voici elles étaient extrêmement bonnes.

C’est donc une « bonne nouvelle » qui éclaire le sens de l’existence.

Dans le livre d’ Ézéchiel « Le fils de l’homme »

est attendu pour  remporter la victoire finale sur le mal.

or dans l’Évangile celui qui est attendu dans la puissance divine meurt crucifié !

Jésus devant Pilate est accusé et calomnié.

Pilate le présente  :

Ecce homo  = « voici l’homme « , dans la Vulgate pour :

ἰδού ἄνθρωπος)

(Jn 19,5)

On peut comprendre cette expression de Pilate au premier degré :

« Voici l’individu que vous m’avez amené pour le juger. »

Mais Jean en écrivant « voici l’homme »   fait dire à Pilate à son insu :

« Voici l’humanité dans sa faiblesse humiliée.»

Et le croyant, lecteur de l’Évangile,  sait bien qu’il s’agit là de Jésus,

le fils de Dieu, attendu comme

le fils de l’homme glorieux de la fin des temps.

Et pourtant, il est présenté publiquement comme L’Humanité humiliée.

Au-delà des siècles, à travers les livres de la Bible,

la parole de Pilate dans l’Évangile de Jean répond à la question du Psaume 8 :

Qu’est-ce que le fils de l’homme pour que tu te soucies de lui ? »

l’Évangile de Jean répond à la question par la voix de Pilate :

« Voici l’homme. »  Voici l’homme dans sa faiblesse.

Et pourtant « fils de Dieu ». Voici l’humain dont Dieu se soucie.

-

 3. Pourquoi cette expression utilisée par Jésus ? 

Jésus emploie l’expression quand il parle des souffrances de la Passion,

Pour l’évangéliste,

cette expression rappelle l’ identité de Jésus,

qui est vraiment homme (anthropos).

celui qui a revêtu notre humanité,

« Nouvel Adam ».

L’expression « fils de l’homme »  est formée de la même manière que

« fils de Dieu »  : ὁ υἱὸς τοῦ θεοῦ

ὁ υἱὸς+ complément du nom au génitif (qui exprime la filiation, l’origine).

-

Bibliographie :

 Des Mots de la Bible ouvrage collectif :

article de Patrice Rollin page 19 (édition octobre 2010) (notre principale source pour cet article).

P. CHANTRAINE, Dictionnaire étymologique de langue grecque, (Klincksieck)

BAILLY, Dictionnaire Grec-français

J.C. INGELAERE,  P. MARAVAL, P. PRIGENT Dictionnaire grec-français du Nouveau Testament,

(Alliance biblique universelle)

 

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente