3 janvier 2018

Jn 1 35-42 Commentaire

Classé dans : — evangilegrec @ 20 h 00 min
Que me dit Jean aujourd’hui?
Ce passage se situe immédiatement après le baptême de Jésus par Jean
qui ne nous est pas « raconté » comme dans les autres évangiles,
mais annoncé à travers le témoignage de Jean.
Jean, en effet, est un « témoin » pour les autres.
Ici, nous voyons Jean (le Baptiste), puis ses deux disciples,
puis Jésus, et un des disciples appelé par un nouveau nom ;
et nous lecteurs, dans cette transmission, ce « passage du relais »
où nous situons-nous?
Dans le quatrième évangile, c’est ici qu’on entend la première parole de Jésus,
et c’est une question : que cherchez-vous?
C’est peut-être cette question qui nous est aussi posée à nous lecteurs, aujourd’hui.
-
35
 Τῇ ἐπαύριον πάλιν εἱστήκει ὁ Ἰωάννης,
Le lendemain, à nouveau, Jean se tenait (debout).
 Τῇ ἐπαύριον : Le lendemain
πάλιν : encore :
Ce passage proclamé le 04/01 
fait suite directement au passage lu le 03/01 dans la liturgie (2è jour) 
Il commence par « le lendemain » = 3è des 4 jours qui suivent l’hymne du prologue de Jean. 
εἱστήκει montre la disponibilité totale de Jean « il se tenait » là. 
καὶ ἐκ τῶν μαθητῶν αὐτοῦ δύο:
avec deux de ses disciples,
ἐκ τῶν μαθητῶν : « de ses disciples » :
Beaucoup de juifs suivaient l’enseignement de Jean au désert.
-
36
καὶ ἐμβλέψας τῷ Ἰησοῦ περιπατοῦντι,
et ayant regardé Jésus qui marchait,
Le participe ἐμβλέψας signifie plus que « regarder »:
le préverbe ἐμ équivalent de ἐν devant β
montre que Jean regarde l’intériorité de la personne,
(on peut traduire par ayant fixé son regard sur)
le préverbe  περι devant πατοῦντι  ajoute une idée de circularité.
Jésus marche beaucoup dans les évangiles,
il  semble parfois se promener,  faire le tour des lieux,
aller au devant de chacun.   
λέγει, Ἴδε ὁ ἀμνὸς τοῦ θεοῦ.
il dit : Voici l’Agneau de Dieu.
On a ici le retour de l’expression donnée une première fois au verset 29
Au verset 29, Jean présente Jésus alors qu’il « vient vers lui ». 
Ici, il le présente alors qu’il marche « autour ».
Jésus ne vient pas que vers Jean.
-
37
Καὶ ἤκουσαν οἱ δύο μαθηταὶ αὐτοῦ λαλοῦντος,
Et les deux disciples l’entendirent parler,
καὶ ἠκολούθησαν τῷ Ἰησοῦ.
et ils suivirent Jésus.
« Ils entendirent et ils suivirent » (voir commentaire de Jn1,29-34) :
C’est suivant le témoignage de Jean
que les disciples se mettent à suivre Jésus, 
alors que dans les autres évangiles,
Jésus appelle lui-même ses disciples; 
L’emploi de deux verbes successifs à l’aoriste
donnent ici une impression d’immédiateté : 
c’est-à-dire de confiance immédiate. 
-
38
Στραφεὶς δὲ ὁ Ἰησοῦς
Or Jésus s’étant retourné,
καὶ θεασάμενος αὐτοὺς ἀκολουθοῦντας,
et ayant vu qu’ils le suivaient,
λέγει αὐτοῖς,
leur dit
Τί ζητεῖτε;
Que cherchez-vous ?
Première parole de Jésus dans ce quatrième évangile :
C’est une question. 
une question qui pourrait être posée à chaque homme.
Voir aussi lecture de l’évangile de Marc cette semaine :
Τί ζητεῖτε; : que cherchez vous? 
Cette question s’adresse à tout homme, au lecteur d’aujourd’hui. 
Οἱ δὲ εἶπαν αὐτῷ, Ῥαββί
Ils lui dirent :Rabbi
– ὃ λέγεται μεθερμηνευόμενον Διδάσκαλε –
(ce qui  se dit en traduction : « Maître » )
ποῦ μένεις;
où demeures-tu ?
La réponse des disciples est elle aussi sous forme de question. 
Le verbe μένεις, demeurer est important dans l’Evangile : 
Au début du prologue de Jean, on peut lire « il a établit sa tente parmi nous » (1,14)
Plus loin dans l’évangile on peut lire :
 » je demeure en lui, il demeure en moi » (Jésus parlant du Père)
Ici, la question n’a pas de réponse immédiate
(elle a déjà été donnée au début : cf. verset 14)
-
39
Λέγει αὐτοῖς, Ἔρχεσθε καὶ ὄψεσθε.
Il leur dit : Venez et vous verrez.
La réponse est une invitation 
emploi de l’impératif Ἔρχεσθε
 et de sa conséquence au futur: καὶ ὄψεσθε
C’est une formule courte, simple.
Une invitation à se mettre en route 
et à utiliser le sens de la vue tout spécialement. 
A cette invitation, une réponse toute simple également :
καὶ  Ἦλθαν οὖν καὶ εἶδαν  ποῦ μένει:
Ils allèrent donc, et ils virent où il demeurait,
Les deux mêmes verbes à un autre temps et un autre mode :
 Ἦλθαν aoriste de l’indicatif de ἔρχομαι et 
εἶδαν aoriste de l’indicatif de ὁράω (ὄψεσθε en est le futur)
Est soulignée la rapidité des actions dans l’emploi de ces temps. 
ποῦ μένει: où il demeurait, μένω, verbe employé très souvent 
« Je demeure en Lui »" il demeure en moi » Le Fils parle ainsi du Père. 
à chaque disciple  de  découvrir où est la « demeure » du Fils.
καὶ παρ’ αὐτῷ ἔμειναν τὴν ἡμέραν ἐκείνην:
et ils demeurèrent  auprès de lui ce jour-là ;
retour du verbe demeurer  ἔμειναν :
dont le sujet est maintenant  » les disciples »
ὥρα ἦν ὡς δεκάτη.
C’ était environ la dixième heure.
(quatre heures de l’après-midi en français courant)
-
40
Ἦν Ἀνδρέας ὁ ἀδελφὸς Σίμωνος Πέτρου εἷς ἐκ τῶν δύο
André, le frère de Simon Pierre, était (Ἦν) l’un  (εἷς) des deux
 τῶν ἀκουσάντων παρὰ Ἰωάννου
qui avaient entendu les paroles de Jean,
καὶ ἀκολουθησάντων αὐτῷ.
et qui l’avaient suivi .
 αὐτῷ renvoie ici à Jésus.
Jean est « une voix dans le désert » : il a appelé à suivre Jésus.
Jean est un relais vers celui qui est « premier » (Jn1,15)
-
41
Εὑρίσκει οὗτος πρῶτον τὸν ἀδελφὸν τὸν ἴδιον Σίμωνα,
Celui-ci trouve, le premier, Simon son propre frère,
Le temps employé est maintenant le présent.
Simon n’est pas le premier à être appelé, c’est d’abord André. 
Mais avant de dire qu’il est appelé, André est présenté comme son frère, 
avec déjà le nom que Jésus lui donne par la suite:
ὁ ἀδελφὸς Σίμωνος Πέτρου  
Signe de l’importance de Pierre. 
καὶ λέγει αὐτῷ,
et il lui dit :
Εὑρήκαμεν τὸν Μεσσίαν
Nous avons trouvé le Messie
le Messie : le Christ, celui qui a reçu l’onction. 
Dès le début de l’évangile de Jean,
les différents noms de Jésus sont donnés, 
comme une annonce qui sera développée dans tout l’évangile. 
ὅ ἐστιν μεθερμηνευόμενον, χριστός.
(ce qui signifie  : Christ).
L’évangéliste a le soucie de s’adresser à tous
et non pas uniquement aux juifs. C’est pourquoi,
il traduit fréquemment les expressions :
μεθερμηνεύομαι, « se traduire » ,   »signifier » est répété plusieurs fois. 
-
42
ἤγαγεν αὐτὸν πρὸς τὸν Ἰησοῦν.
Et il l’amena à Jésus.
Les disciples s’appellent les uns les autres, 
de même que ce fut Jean qui leur montra Jésus . 
 Ἐμβλέψας δὲ αὐτῷ ὁ Ἰησοῦς εἶπεν,
Jésus ayant fixé son regard sur lui, dit :
Σὺ εἶ Σίμων ὁ υἱὸς Ἰωάννου
Tu es Simon, fils de Jonas ;
σὺ κληθήσῃ Κηφᾶς –
tu seras appelé Céphas
ὃ ἑρμηνεύεται Πέτρος.
(ce qui signifie Pierre).
Jésus change le nom de Pierre,
c’est la première parole qu’il lui adresse.
Donner un nom, c’est donner une existence (nouvelle).
-
Chacun peut-il être un relais pour annoncer le Christ ?  
est-ce une annonce élargie à tout homme ?  
une mise en route pour chacun, une quête , une vie nouvelle ?
Nous sommes ici au début de l’évangile de Jean , 
c’est pour nous une invitation à nous mettre en route et à voir :
 Ἔρχεσθε καὶ ὄψεσθε.
Venez et vous verrez.
-
BIBLIOGRAPHIE :
B. ESCAFFRE Cahier Evangile, Evangile de Jésus Christ selon saint Jean
1. Le livre des signes (Jn1-12)éditions du Cerf, sept. 2008, n°145

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente