19 octobre 2017

Koinè, langue commune

Classé dans : — evangilegrec @ 15 h 10 min

 On appelle « grec de la Koinè »  la langue commune parlée sur le pourtour méditerranéen

à partir des conquêtes d’Alexandre le Grand et de ce que l’on appelle la période hellénistique

(fin IV, début III ème siècle av. J.C.).

Le grec de la Septante et du Nouveau Testament correspond à un état dans l’évolution de la langue grecque.

Cf. PAGE : Grec biblique

La Koinè (de κοινή qui signifie « commune » ) ou langue commune

est celle qui a été véhiculée par les commerçants et les militaires à la suite des conquêtes d’Alexandre.

A l’époque de Jésus, les Romains devinrent la puissance dominante,

mais le grec était toujours la « langue commune » et considérée comme la langue de la culture.

Ensuite, le grec continua à être la langue de l’Empire romain d’Orient (l’Empire byzantin)

jusqu’à sa destruction au XV ème siècle.

A la même époque, pendant la Renaissance, le grec recommença à être étudié par les érudits,

afin d’avoir accès à la grande littérature grecque de l’Antiquité, y compris du Nouveau Testament.

La Septante :

  •  Expansion de la langue grecque :

334 : Alexandre le Grand (356-323) roi de Macédoine, franchit l’Hellespont à la conquête du monde ,

il arpente l’Asie Mineure, se dirige vers la Palestine et l’Egypte.

Il est accueilli en libérateur de la domination perse*.

A partir de ce moment-là, la langue grecque est comprise ou parlée peu à peu tout autour de la Méditerranée

(par les militaires, les échanges commerciaux etc.)

  • L’Empire perse est un immense empire dirigé par Darius à l’époque d’Alexandrequi .
  • Il s’étend de l’Assyrie à l’Indus, les Perses règnent sur l’Asie mineure, la Syrie et l’Egypte.

Alexandre fonde Alexandrie.

images-3

323 : A la mort d’Alexandre, ses généraux se partagent l’Empire.

Ptolémée (367-289) reçoit l’Egypte.*

La Palestine est sous l’influence égyptienne.

   Les sept officiers supérieurs de l’armée se partagent l’Empire :

  • Antipater la Macédoine, Lysimaque la Thrace, Antigone la majeure partie de l’Asie mineure,
  • Méléagre la Phénicie, Laomédon la Syrie, Séleucus Babylone, Ptolémée l’Egypte.

305 : Ptolémée 1er devient roi*(1) d’Egypte, quand tous les descendants directs d’Alexandre sont morts.

Il devient un nouveau pharaon et constitue une dynastie*.

  • (1) Alexandre était le monarque de l’ensemble de son royaume.
  • (2) La dynastie ptolémaïque (ou « Lagides » descendants de Lagos) (13 souverains = les derniers pharaons d’Egypte.)

 294 : Ptolémée 1er invite Démétrios de Phalère à mettre en place le Musée. Le musée (palais des Muses) comporte une bibliothèque.

283 : mort de Ptolémée I Soter (le « sauveur »)

283-246 : Règne de Ptolémée II Philadelphe.

  •   Le Musée d’Alexandrie (sorte d’université des Lettres et des sciences) et sa bibliothèque :

La bibliothèque a pour but d’abriter toute la littérature connue (savoir universel).

Ptolémée veut concurrencer Athènes, la capitale intellectuelle de la Grèce classique*.

  • période classique : Vème IVème s. av. JC., siècle de Périclès (Vème), Platon (427-347)…

Il veut faire d’Alexandrie la capitale intellectuelle de l’hellénisme*.

  • on fait débuter la période « hellénistique » en 334. 

Démétrios de Phalère, qui dirige la bibliothèque,  fait appel à 70 (« septante » en grec) savants

pour traduire la Bible hébraïque en grec.

La légende dit que les 70 traducteurs donnèrent une seule et même traduction chacun de leur côté.

La Bible grecque porte le nom de Septante.

  •  La langue de la Septante :

La langue grecque subit une longue évolution.

Avant le Vème siècle :

Plusieurs dialectes (Homère : Iliade et Odyssée, VIIIème siècle). Deux dialectes principaux :

l’ionien et l’éolien,  mêlés.

V-IVème siècle : 

période classique. Le dialecte ionien l’emporte.

On parle de la langue « attique ».

 Dès la fin IVè  (conquêtes d’Alexandre):

A la période « hellénistique » la langue se simplifie.

C’est la KOINÈ. (de koinos : commun).

La koinè,« langue commune » est issue de l’expansion de la langue autour de la Méditérannée,

suite aux conquêtes d’Alexandre, c’est la langue véhiculée par les militaires, utilisée dans le commerce…

une langue plus « populaire » que littéraire, la langue de la Septante et celle des évangiles ensuite.

N.B. : Les auteurs grecs qui écrivent à partir de la fin du IVème siècle av J.C. n’écrivent pas tous dans la langue « commune »

(à la même époque, par exemple, Callimaque, poète, auteur d’Hymnes, utilise une langue précieuse,

et Aristote, précepteur d’Alexandre, écrit dans une langue complexe.)

  • Particularité de La koinè de la Septante :

La langue grecque biblique est aussi influencée parfois par l’hébreu.*

  • Pour les particularités de la langue dues à cette influence :

cf. notice

cf. les remarques dans M. CARREZ ,Grammaire grecque du Nouveau Testament, Labor et Fides, (2009).

Par exemple, D.E. p.152 sur le participe

 Le Nouveau Testament :

La domination par l’Empire romain succède à a période hellénistique.

A l’époque du NT, la Palestine est devenue une province de l’Empire romain.

En -63 le général Pompée a conquis la Syrie-Palestine.

Le grec reste la langue dominante dans tout l’Est de l’Empire romain, il est compris partout.

En Palestine on parle araméen et la langue liturgique est l’hébreu.

QQ rappels :

Les écrits de Paul sont les plus anciens

(ses lettres sont des années 50).

Marc : 60, 70.

Matthieu et Luc : 10 ou 20 ans après celui de Marc.

Jean : vers 90, 100.

 

Il semble probable que la plupart des auteurs du NT (voire tous) étaient juifs de naissance.

Le grec dans lequel ils écrivaient était-il leur langue de naissance?

Le Nouveau Testament est d’une lecture assez facile par rapport aux auteurs grecs classiques.

Suivant leur origine, les auteurs du NT ont des styles différents.

Luc, né à Antioche, montre sa bonne connaissance de la langue et du style grec. (phrases complexes).

Des indices montrent que Matthieu, Jean et Paul ont pu connaître l’araméen et/ou l’hébreu

alors que Marc et Luc n’ont peut-être connu que le grec. C’est encore incertain.

Les auteurs du NT connaissaient les écritures juives sans doute par l’intermédiaire de la Septante.

Donc la langue des évangiles est la koinè,

et parfois on trouve des tournures qui ont été influencées par l’hébreu ou des mots araméens.

Sur ces questions :

cf.  Raymond E. BROWN  Que sait-on du Nouveau Testament  (Bayard)

 

 

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente