• Accueil
  • > Mc 12,35-37 Le seigneur a dit à mon seigneur : Εἶπεν κύριος τῷ κυρίῳ μου,

4 juin 2020

Mc 12,35-37 Le seigneur a dit à mon seigneur : Εἶπεν κύριος τῷ κυρίῳ μου,

Classé dans : — evangilegrec @ 20 h 06 min

Εἶπεν κύριος τῷ κυρίῳ μου : 

(eipen kurios tô kuriô mou)

Le passage de Marc 12,35-37 renvoie à un Psaume

censé avoir été écrit par David :

« la Seigneur (kurios = Dieu dans la Bible) a dit à mon seigneur »

Le deuxième terme identique au premier désigne le Messie :

car il est dit  » siège à ma droite » (donc aie une fonction royale, reçois l’onction)

Dieu reconnaît un fils qu’il place à sa droite (le siège faisant référence au roi)

Les grands prêtres, les rois de la descendance de David et les prophètes recevaient l’onction,

ils étaient oints, ce qui se dit χριστός.

Cela sous-entend que le χριστός Christ, c’est-à-dire le Messie attendu

n’est pas qu’un roi : « siège à ma droite » (mortel) mais plus qu’un roi,

car il est appelé aussi κύριος,

or kurios est traduit par « seigneur » en français,

et ce terme est réservé à Dieu dans le Premier Testament.

C’est donc le sens caché dans « le seigneur dit à mon seigneur »,

mots attribués à David, le roi lui-même.

Le peuple au premier siècle était dans l’attente d’un Messie-Roi (donc descendant de David)

sauveur de l’oppression politique et en même temps guérisseur de tous les maux.

Les rois recevaient l’onction, ce qui faisait d’eux des  »Fils de Dieu », mais

ce terme désignait alors avant tout un lien fort avec Dieu,

et non une filiation divine, au sens théologique.

Mais Jésus interroge en Mc 12 35-37 :

πῶς : « comment » les scribes disent cela…

« les scribes » c’est -à- dire les savants , ceux qui ont étudié les Ecritures :

« comment » montre que c’est une question d’interprétation qui fait polémique,

c’est d’ailleurs en raison de la réponse à cette question _

réponse que Jésus ne donnera pas lui-même_

qu’il sera poursuivi pour être mis à mort (s’être proclamé fils de Dieu).

Jésus dans l’évangile de Marc, veut préserver le silence sur son nom,

celui de « Messie, fils de Dieu » avant sa mort et sa résurrection.

(il fait taire Pierre par exemple).

Ici Jésus se pose en enseignant (fonction des scribes) :

διδάσκων(enseignant) ἐν τῷ ἱερῷ (dans le temple)

en effet, tout juif pouvait prendre la parole pour interpréter et actualiser les Ecritures.

Mais ici Jésus se pose face aux savants des Ecritures,

et questionne sur leur interprétation.

Il pose aussi la question : ποθεν

ce qui signifie « d’où » :

c’est un adverbe interrogatif qui fait porter l’interrogation sur l’origine :

καὶ πόθεν αὐτοῦ ἐστιν υἱός Δ…

kai pothèn estin uios…

et d’où est-il fils de David ? (par quelle origine?)

« fils de David » : c’est être un fils d’homme,

(le Fils de l’homme, titre que Jésus lui-même se donne, quand il annonce sa Passion )

Si le Messie, christos =  fils de David : c’est être roi et mortel.

Et en effet, Jésus passera par la mort.

Mais si le Messie = fils de Dieu, ce qui est juste suggéré par la question,

par le mot « kurios et kurios » du début,

alors c’est un Christos (Messie) d’une autre nature

que celle en qui le peuple met ses espoirs.

Mais Jésus en reste aux questions.

C’est par sa vie, sa mort et sa résurrection qu’il témoignera.

-

Biblographie : 

Claude TASSIN « Christ et Messie » ,  dans Jésus l’Encyclopédie  (Joseph DORE dir.) P. 480 et s.

Hugues COUSIN Le Monde où vivait Jésus (Cerf)

 

 

 

 

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente