• Accueil
  • > « En toi je trouve ma joie » ἐν+ datif+ verbe εὐδοκέω (eudokéo)

7 janvier 2018

« En toi je trouve ma joie » ἐν+ datif+ verbe εὐδοκέω (eudokéo)

Classé dans : — evangilegrec @ 19 h 42 min

 Mt 4,17

Mc 1,11

et

Lc 3,22

ἐν ᾧ εὐδόκησα :

καὶ φωνὴ ἐγένετο ἐκ τῶν οὐρανῶν,

Σὺ εἶ ὁ υἱός μου ὁ ἀγαπητός,

ἐν ᾧ εὐδόκησα. (Mc 1,11)

-

Un passage qui a fait l’objet de traductions variées.

cf. notice sur les traductions

et sur les l’histoire de la traduction biblique de N. Gueunier

 

« Et il y eut une voix venant des cieux : 

« Tu es mon fils bien-aimé, en toi je trouve ma joie. »

(Nouvelle traduction de la Bible pour la liturgie catholique).

« …Je mets en toi toute ma joie »

(Bible en français courant).

 

Et des cieux, vint une voix : « Tu es mon fils bien-aimé,

il m’a plu de te choisir ».

(TOB, 2010)

 

Et une voix fit entendre des cieux ces paroles :

Tu es mon Fils bien-aimé,

en toi j’ai mis toute mon affection.

(Bible Segond, 1910)

 

Et une voix vint des cieux: Tu es mon fils, l’aimé

dont je suis content.

(traduction de J. Grosjean et M.Leturmy éd. de la Pléiade)

 

Et une voix vint des cieux :

« Tu es mon fils bien-aimé.

Tu as toute ma faveur ».

(Bible de Jérusalem)

 

« C’est toi mon fils, le bien-aimé, tu as toute ma faveur. »

(Traduction du chanoine Osty)

« en toi j’ai trouvé mon plaisir (Darby, 1872)

 

 εὐδόκησα : 

1ère personne de l’aoriste de l’indicatif du verbe εὐδόκέω 

prendre plaisir, se complaire en, agréer ;

juger bon, choisir, décider :

(J-Cl INGELAERE, P. MARAVAL, P. PRIGENT

Lexique grec-français du Nouveau Testament,

(Alliance biblique universelle)

Dans le dictionnaire Bailly , on trouve également :

être satisfait, être content, approuver, accepter.

cf. choix de  l’édition de la Pléiade.

-

Le temps du verbe : l’aoriste

Mode : indicatif.

Valeur aspectuelle : aoriste qui marque l’aboutissement de l’action.

cf. §269 et 270 RAGON et DAIN Grammaire grecque (cf. bibliographie)

En effet, 

Choix de la nouvelle traduction : un présent.

Cette traduction au présent tient compte de l’ensemble de l’expression,

Ce n’est pas un verbe seul qui est traduit, mais le verbe dans son contexte :

ἐν+ datif+ εὐδοκέω (eudokéo) .

L’expression ainsi traduite montre le résultat de l’action de Dieu.

-

La racine δόκ comporte la notion de conformité à ce qui convient

(d’où « juger bon » choisir »…)

εὐδόκέω est un verbe dérivé de δοκέω  avec l’ajout du préfixe ευ.

 εὖ : adverbe « bien ».

Cet adverbe occupe une grande place dans la composition des noms.

Il exprime l’abondance, la réussite, la facilité.

cf. εὐδαίμων (heureux εὐ + δαίμων (génie, destin)

opposé  δύσδαίμων (malheureux)

Antonyme de εὖ : δυσ- , préfixe 

uniquement en composition, n’existe pas seul,

qui exprime l’idée du mal et du manque

cf. P. CHANTRAINE Dictionnaire étymologique de la langue grecque. 

 

BAILLY : signale que les sens : approuver, être content de,

pour εὐδόκέω sont attestés dans le grec tardif.

 

Le verbe simple :  δοκέω comporte une « idée d’opinion,

d’apparence et de réputation »

(CHANTRAINE, dictionnaire étymologique de la langue grecque).

 

 Voir aussi un mot de la même racine :

Le nom δοξα ,  est apparenté au verbe δοκέω ,

ce mot désigne :

l’opinion, puis « la bonne opinion » et « la réputation »,

enfin : dans la langue biblique :

le mot désigne la gloire et la puissance de Dieu,

il traduit le mot hébreu kabod.

 

Par conséquent, on comprend pourquoi

le verset 11 du premier chapitre de Marc a fait l’objet de traductions variées.

C’est en raison de la richesse de ce mot : εὐδόκέω

Il porte l’idée du bonheur associée à celle de l’opinion et de l’élection

tout en n’oubliant pas que c’est pour la gloire de Dieu :

(rappel des sens proposés par le lexique du NT :

prendre plaisir, se complaire en, agréer ; juger bon, choisir, décider)

 Il faut aussi prendre en compte la syntaxe du verset : 

ἐν ᾧ εὐδόκησα. 

« en qui je… »

( « en qui je prends plaisir » ,

« en qui je me suis complu »

sont des expressions difficiles à comprendre

si on n’a pas en tête l’idée véhiculée par la racine δόκ :

qui évoque plus que l’apparence dans le NT

où le mot doxa recouvre le sens de l’hébreu kabod, le poids le rayonnement. 

-

Ainsi dans le verset  : 

« ἐν ᾧ εὐδόκησα »

 peut être traduit par :

« en toi je trouve toute ma joie, ma faveur, mon affection »

 car on a l’idée de l’inclusion (en toi), (en Jésus) : 

  Dieu révélé en Jésus Christ.

Dans ce passage de l’évangile ,

Jésus est confirmé par son père et reçoit l’Esprit Saint :

les trois personnes sont réunies en une seule.

Mystère de la Trinité et début de la mission de Jésus fils de Dieu,

« qui baptisera à son tour dans l’Esprit Saint. » Mc 1, 8.

« dont je suis content » (Pléiade) ne retient pas cette idée, ne confesse pas une foi.

 

 

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente