• Accueil
  • > « Nommer » dans Lc 1,26-38

20 décembre 2019

« Nommer » dans Lc 1,26-38

Classé dans : — evangilegrec @ 15 h 48 min

Nommer dans  Lc 1,26-38

-

Dans l’annonce de l’ange à Marie,

le « nom », a toute son importance.

« Tu l’appelleras » et « il sera appelé » écrit Luc.

le verbe  καλέω, à la voix active et à la voix passive est remarquable ici. 

-

Avant ces précisions, l’évangéliste prend soin d’appeler les lieux et les gens par leur nom :

Jésus est né dans un lieu précis.

Son père adoptif a un nom précis.

C’est celui qui lui assure la filiation avec la maison de David :

la filiation humaine de Jésus est soulignée, il est celui que le peuple d’Israël, par la voix des prophètes attend.

On a deux fois le mot ὄνομα dans des propositions subordonnées relatives,

puis une fois comme sujet d’une proposition juxtaposée :

« et le nom de la vierge est Marie ».

sur « le nom » se porte toute l’attention du lecteur.

Le dernier mot de cette longue période est « Marie » .

-

En fin de péricope :

on peut lire dans la traduction pour la liturgie,

« car rien n’est impossible à Dieu » .

Or dans le texte grec,

il y a le mot ῥῆμα c’est à la fois la parole et l’action de Dieu qui sont contenues dans ce mot.

ῥῆμα est de la même famille que εἲρω qui sert de futur à λέγω parler.

(racine de rhéteur en fr. par exemple).

ῥῆμα a un sens englobant alors qu’ ὄνομα a un sens particulier et précis.

 

26 Ἐν δὲ τῷ μηνὶ τῷ ἕκτῳ ἀπεστάλη ὁ ἄγγελος Γαβριὴλ ἀπὸ τοῦ θεοῦ εἰς πόλιν τῆς Γαλιλαίας ᾗ ὄνομα Ναζαρὲθ

27 πρὸς παρθένον ἐμνηστευμένην ἀνδρὶ ᾧ ὄνομα Ἰωσὴφ ἐξ οἴκου Δαυὶδ, καὶ τὸ ὄνομα τῆς παρθένου Μαριάμ.

[...]

31 καὶ ἰδοὺ συλλήμψῃ ἐν γαστρὶ καὶ τέξῃ υἱόν, καὶ καλέσεις τὸ ὄνομα αὐτοῦ Ἰησοῦν.

32 οὗτος ἔσται μέγας καὶ υἱὸς Ὑψίστου κληθήσεται, καὶ δώσει αὐτῷ κύριος ὁ θεὸς τὸν θρόνον Δαυὶδ τοῦ πατρὸς αὐτοῦ,

[...]

35 καὶ ἀποκριθεὶς ὁ ἄγγελος εἶπεν αὐτῇ·

Πνεῦμα ἅγιον ἐπελεύσεται ἐπὶ σέ,

καὶ δύναμις Ὑψίστου ἐπισκιάσει σοι·

διὸ καὶ τὸ γεννώμενον ἅγιον κληθήσεται, υἱὸς θεοῦ·

-

Ici dans cette dernière phrase

καὶ a le sens adverbial de « aussi » : il est de la lignée de Joseph, fils de Joseph, 

mais il est « aussi » fils du Très haut.

Le verbe « appeler »  κληθήσεται, il « sera appelé »

mis à la voix passive suggère que c’est aux hommes de le reconnaître.

Et mettre cette annonce en début d’évangile,

c’est pour Luc inviter le lecteur au seuil de son évangile, à se préparer à le reconnaître

dans la suite du récit.

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente