• Accueil
  • > Valeur des temps dans Jn 8,12-20

7 avril 2019

Valeur des temps dans Jn 8,12-20

Classé dans : — evangilegrec @ 17 h 30 min

Valeur des temps dans Jn 8,12-20

Dans le passage, nous rencontrons les 6 temps qui existent en grec :

  1. PRESENT          IMPARFAIT  FUTUR   AORISTE                 PARFAIT           PLUS-QUE-PARFAIT
    Sg.1 εἰμιμαρτυρῶ

    ὑπάγω

    κρίνω

    ἒρχομαι

             ἦλθον                  οἶδα
    Sg. 2 μαρτυρεῖς
    Sg. 3 ἐστίνμαρτυρεῖ    ἓξει               ἐλάλησενπεριπατήση

    (subj.)

    ἀπεκρίθη

    εἶπεν

    ἐπίασεν

                       γέγραπται           ἐληλύθει
    Pl.1
    Pl.2 κρίνετε                       οἴδατε            ᾔδειτε 
    Pl.3             ἔλεγον              εἶπον

 

Valeur des temps : 

Comme nous l’avons dit en introduction de l’article :

« valeur du parfait »

le grec mélange les notions de temps et d’aspect

pour créer des nuances de sens dans les textes.

 

Le futur a une valeur purement temporelle :

il renseigne sur ce qui va se passer à l’avenir.

 

Les autres temps : 

Le présent mêle la notion d’aspect à la notion de temps  :

-il indique que l’action est en train de s’accomplir,

c’est un aspect de durée

(à laquelle on peut rattacher l’idée de répétition ou de vérité générale) .

-il situe l’action au moment où l’on parle.

(on a aussi le présent de narration
qui correspond à un passé
et qui rend l’action comme présente, c’est-à-dire plus vivante)

 

L’imparfait a les mêmes valeurs

que le présent mais dans le passé

(action longue, qui se répète, action habituelle, description)

 

L’aoriste (à l’indicatif) situe l’action sur un point précis dans le passé,

si l’on dessine une ligne du temps.

En dehors de l’indicatif,

l’aoriste a une valeur d’aspect,

sauf parfois au participe où il marque une antériorité (ce n’est pas systématique) .

 

Le parfait (voir notice Valeur du parfait)

dans Jn 8, 12-20 :

le verbe οἶδα  je sais, correspond à :

« je sais pour l’avoir vu » c’est un verbe qui n’est plus employé au présent,

et le parfait se traduit lui-même par le présent,

de même le plus-que-parfait de ce verbe, par un effet domino,

se traduit par un imparfait.

L’action est passée mais le résultat dure encore : 

c’est pourquoi on traduit le parfait soit par un présent soit par un passé composé.

 

Laisser un commentaire

En route pour les JMJ 2016 ... |
Ousmane TIMERA |
Omero Marongiu-Perria |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | PUISSANT MAITRE MEDIUM SHA...
| Où subsiste la catholicité ?
| Formation permanente